Balançage de porc, la déferlante !

C’est méchant pour les porcs d’ailleurs. Pour tout vous dire, on en a eu des discussions houleuses avec mon cher et tendre sur le sujet. Moi je suis toujours et je serai toujours du côté des femmes. J’ai essuyé des propos et des situations dégradantes parce que j’ai deux X dans ma vingt-troisième paire de chromosomes et, ça, voyez-vous, je ne le tolère pas.

Source Pinterest

Lire la suite

Publicités

Des violences faites aux femmes et de ma naïveté.

A l’heure où j’écris ces lignes, je regarde la matinale info de CNews en attendant d’aller rechercher mon petit à l’école. Le débat me semble particulièrement intéressant même si on enfonce comme toujours des portes ouvertes.

Je suis assez sidérée de la façon dont est en train de solder cette affaire. Celle de Sarah.

Cette petite fille de 11 ans n’a, selon la justice française, pas été violée par cet homme de 28 ans.

Moi qui pensais ne jamais voir ce genre de non-sens en France.

Pour un enfant de cet âge, pour moi, il ne peut y avoir consentement éclairé. Je pensais aussi qu’il y avait un âge plancher.

A ma courte honte, je pensais que dans mon pays, le pays des Droits de l’Homme, ça existait.  [en même temps, tout est dans le titre hein]

Je pensais naïvement qu’un adulte de presque 30 ans qui a une relation sexuelle avec un enfant de 11 ans serait condamné : 1/ pour viol et 2/ pour pédophilie.

Et non.

Quand je pense que j’ai travaillé pour un système judiciaire qui cautionne ça sans même le savoir, ça me dégoûte. Puis, j’entends le foin actuel avec les actrices harcelées et/ou agressées par un superproducteur américain, je me dis que l’impunité des prédateurs sexuels a encore de beaux jours devant elle.

Y a des jours comme ça où je me demande si j’ai encore foi en l’humanité.

Pis je me dis qu’en fait, j’en ai jamais eu.

En marche, oui, mais où qu’on va ?

Allez les gars, respirez, y a pire que ça dans la vie. [Nan mais c’est vrai quoi, ils pourraient encore repousser la saison 7 de Game of Thrones !]

Je pense à tous ceux qui se lamentent de l’élection d’Emmanuel Macron comme si c’était la fin du monde et du pays, mais sérieux les gens, vous vouliez vraiment Le Pen ou Mélenchon ? Vous êtes sûrs de vous ?Je pense que les deux tiers des gens qui votent « extrême » ne se rendent pas tout à fait compte de l’ampleur du désastre à venir et que le dernier tiers, lui, le sait très bien. Mais je suis d’accord dans le sens où oui, on a besoin de changement, de voir autre chose, de faire autre chose.

Qu’on en a marre de raquer, de taxer, d’être écrasé, de se faire agresser.

Alors oui, je comprends.

Lire la suite

Par pitié

Dites-moi que je vais me réveiller et que ce monde est juste un putain de cauchemar !


En visionnant cette vidéo à sa publication, je touchais du bois en espérant égoïstement que non, ça n’arriverait jamais chez nous. Car c’est aussi humain qu’égoïste d’espérer que de telles horreurs ne vous arrivent jamais à vous ni à vos proches.

Les calamités ont ça en commun : elles n’arrivent pas qu’aux autres.

Et ce qui se passe en …

Afghanistan / Birmanie / Mexique / Népal / Palestine / Somalie / Soudan / Ukraine /

Insérer ici nom de pays en guerre ou de population oppressée qui ne me vient pas

… On en parle ?

Amber Alert

C’est sympa les multirécidivistes lâchés dans la nature qui assassinent des petites filles.
Je l’avais déjà écrit au moment des attentats de Paris, puisque les suspects étaient connus, suivis des services de renseignements, blablabla… Comment se fait-ce ? Mais je vous l’accorde, le terrorisme, c’est encore autre chose…

Comment se fait-ce, qu’encore une fois, un sombre individu condamné à 6 ans de prison en 2010 et à une interdiction de circuler en France se trouve libre, en France, en 2015 ? [Merci Schengen.]
Je sais que je suis nulle en maths mais y a pas un problème évident, là ?
Par pitié, arrêtez de relâcher les tarés avant la fin de leur peine sans les suivre. Même si en l’espèce c’est un mauvais exemple, car le meurtrier présumé avait purgé sa peine en Pologne. [Comme quoi, nous n’avons pas toujours le monopole de la connerie.]

Mais on relâche régulièrement des tarés qui récidivent dans notre beau pays. Un énorme problème.

On sait que les SPIP sont débordés de boulot, qu’ils ne peuvent pas suivre. On pourrait peut-être mettre en place une sorte de pointage systématique avec bracelets électroniques, une localisation GPS quand la personne se volatilise, quelque chose. N’importe quoi.
C’est un travail énorme, c’est une dépense énorme. Mais il y a quasi 8 millions de chômeurs dans ce pays, on devrait bien trouver un peu de main d’œuvre là-dedans.
Et ça pourrait sauver des vies.

Arrêtez de tenter des réinsertions pour des causes perdues. Arrêtez de croire en la réhabilitation possible des multirécidivistes. Il est des êtres qui ne changent pas.

Dans le cas présent, ça aurait peut-être suffit à sauver une petite fille et à préserver une famille.

La petite Bérényss de Sancy enlevée hier a été retrouvée saine et sauve aujourd’hui. La petite Chloé de Calais, elle, n’a pas eu cette chance.
Les crimes sont monstrueux par essence mais il y a une gradation dans l’horreur. S’en prendre à un être vulnérable, un enfant, une personne handicapée, une personne âgée, c’est encore plus abominable.
Les atrocités perpétrées contre les enfants m’ont toujours hérissé d’horreur, comme tout le monde. Mais ce genre d’histoire a maintenant pour moi une résonance particulière puisque j’ai moi aussi mon lardon qui un jour sera assez grand pour aller faire du vélo dans la rue.

Petits, on allait se promener dans les bois en passant par un terrain de jeu et un ancien terrain militaire. On n’avait même pas le droit d’être là. On passait nos journées dans les petits chemins piétons qui couraient entre les haies des maisons du quartier. Il aurait pu se passer n’importe quoi.

Aujourd’hui, avec le nombre d’horreurs qu’on voit, est-ce que je le laisserai faire ça ? A 8, 9, 10 ans ?
Pas sûr.
Mais comme je me faisais aussi la réflexion, moi j’ai un lardon. Au masculin.
Et même si ça me révolte de le dire, nous les filles nous avons toujours été plus des victimes potentielles que les garçons. Nous avons toujours été plus prises pour cible, plus vulnérables. Toujours plus des proies que les autres.
Les garçons sont moins susceptibles d’être victimes de ce genre d’horreur. Ca rassure? Non. Ca ne devrait juste pas exister.

Vous avez remarquez ? C’est [presque] toujours une voiture ou un fourgon blanc.
Merci Fourniret.

Sur le thème des multirécidivistes, je voudrais aussi vous raconter une petite histoire si vous vous en sentez la patience et le courage…

Lire la suite

On prend les mêmes et on recommence.

Putain d’bordel de merde.

originalC’est quoi ce monde de chiottes. En 2015, on pourrait pas souhaiter enfin sortir de la connerie, nan ?

Ah on est bons pour s’entretuer. Pis c’est tellement plus drôle de se balancer des charges de kalach’ à la tronche.

« Hommes surentraînés » qu’ils disaient pour les attentats de Paris. En même temps, je n’ai ni entraînement militaire, ni connaissance des armes à feu, mais il ne me semble pas bien compliqué de dézinguer une dizaine de mecs assis bien tranquilles à une table de réunion. J’imagine qu’il n’y a qu’à « appuyer sur le bouton. »

Pff.

Faith in humanity ? Sorry, lost that a little while ago.

Welcome to Earth Will Smith nous sauvera. Lui, ou John McLane.

12 + 1 + 4

Ca fait beaucoup de morts en trois jours.
Les assassins, je ne les compte pas. Ce n’est pas comme si on allait les pleurer [mais eux aussi sont fils de, frère de, mari de , père de… Hum]. Parce qu’au delà du symbole et des 4 dessinateurs les plus connus, il y avait des gens qui passaient par là, des civils qui allaient faire leur travail, leur courses, des membres des forces de l’ordre qui protégeaient le peuple.
Des parents, des enfants, des époux, des amis, des frères, des sœurs… Tout ça.

Lorsqu’on dit JE SUIS CHARLIE, on ne pense pas qu’aux dessinateurs assassinés pour avoir eu le sens de l’humour.
On pense aussi aux policiers,
aux civils,
aux otages,
à tous ceux qui n’ont pas eu la chance de s’en sortir,
qui ont eu le malheur de se trouver là, à ce moment là.
 

Et n’oublions pas que même si nous pleurons nos morts, les intégristes, les extrémistes continuent de faire des victimes partout dans le monde et depuis des années, notamment en Afrique et au Moyen-Orient. [Quoi, on se croyait à l’abri ?]

Ce n’est pas nouveau, ce n’est pas d’hier.

¡ No pasarán !

Nous sommes Charlie. [Mon nom est Légion, car nous sommes nombreux]

Et je suis tristesse, rage et dégoût.
Aujourd’hui, il s’est produit quelque chose de terrible.
On a tiré sur la liberté d’expression. On a massacré Charlie Hebdo. Je suis triste, je suis horrifiée, je suis révoltée. J’ai envie de vomir, de pleurer.Je pense aux familles, aux proches des victimes, à ceux qui étaient là, qui ont vu.
Qui ont certainement vu les autres mourir, qui ont cru qu’ils allaient y passer.
Lire la suite