J’suis dans l’mal…

Heyyyy !

J’ai été absorbée corps et biens par mon jeu vidéo. Et comme Zelda chez moi, c’est comme Ganondorf en Hyrule, ça reste dormant pendant quelques années et pis d’un coup PAF ! Le Fléau s’abat avec perte et fracas.

J’ai poussé mon banquier au suicide en achetant plein de trucs – inutiles INDISPENSABLES – de Zelda, que j’avais pas et dont je n‘avais pas besoin.

Comme des bidules. Et des trucs. Et des vieux jeux que je n’avais plus espoir de trouver.

Que je vous partagerai un jour… Quand j’aurai  un téléphone avec un écran non pulvérisé.

Que la SPA se rassure, mon fils et mes cabots vont bien, je m’interromps de temps à autres pour leur jeter une brochette de de viande enduro, histoire qu’ils ne se bouffent pas entre eux.

Des bisous

Publicités

Gaming time avec Zelda, Breath of the Wild !

Coucou à tous et Meilleurs Voeux pour cette année qui commence !

J’espère que cette fin d’année s’est bien passée pour vous. En ce qui me concerne, ça a été plutôt relax. Oh, je ne suis à jour de rien mais au moins, les vacances se sont bien passées… Avec le Poulpy j’entends, puisque les changements de rythme ont tendance à le transformer en gremlins.

J’ai un peu déserté ce blog-ci et la blogo en général à mon grand regret, mais j’ai essayé d’alimenter The Shy Garden avec quelques articles pullipiens et j’ai aussi pulvérisé l’écran de mon téléphone, du coup, instagram est un peu en stand by pour moi, dommage… Mais c’est pas grave parce que si vous suivez un peu mes aventures sur Insta, vous avez vu que mon cher et tendre a complètement tourné la carte et m’a offert… Une Nintendo Switch… Et…

Zelda, Breath of The Wild !

[OH MY GOD OH MY GOD OH MY GOD]

Hiiiiiiiiiiiiiiiiii, j’suis trop fan !

La Nintendo Switch :

A peine un an et on ne la présente déjà plus, c’est la dernière console de Nintendo. Comme toujours, ils sont au taquet sur l’innovation de la machine car la Switch est à la fois une console de salon et une console portable. C’est là tout son génie, et je pense que j’ai attendu ça toute ma vie.

C’est vrai que Nintendo est plus souvent à la traîne niveau répertoire des jeux proposés et gameplay comparé à une Playstation ou une XBOX, mais leurs machines ont toujours LE TRUC qui les différencient des autres. Mon aventure avec Nintendo a commencé quand j’étais assez jeune avec la Game Boy, je vous en parlais ici. Je ne peux guère vous parler des consoles antérieures, j’étais un peu trop jeune et mes parents n’étaient pas trop portés sur les jeux vidéos, estimant comme beaucoup d’adultes que ça énervait les enfants et que ça rendait peut-être un peu débile. Bon, c’était énervant parfois, je suis assez d’accord. 😉

Alors moi, j’ai eu assez peu de consoles de salon. J’ai reçu un énorme cadeau à un anniversaire, la Nintendo 64 avec Mario 64. J’ai jamais été aussi surprise et heureuse par un cadeau, je savais que c’était très cher et j’économisais depuis un moment pour me l’offrir. La recevoir en cadeau de la part de toute ma famille était vraiment une belle surprise.

Plus tard, au lycée, je me suis offert toute seule comme une grande une Playstation 2, poussée par Dark-Yasha, encore et toujours (un jour, je vous ferai une liste de tous les jeux qu’elle m’a forcé à acheter, le couteau sous la gorge et tout).

J’ai eu vite fait de retourner en courant vers Nintendo. Il faut savoir que je ne suis pas une grande gameuse, je joue pour mon plaisir uniquement, quand j’ai envie et quand je prends le temps. Je suis capable de jouer 6-7 heures de suite par jour pendant une semaine et de ne pas avancer d’un iota dans le jeu car je passe mon temps à me promener, puis de remiser le tout pendant un ou deux ans. J’ai donc assez peu de jeux, généralement des Zelda, Golden Sun, Okami… Quelques Final Fantasy que je n’ai jamais fini ! 😆

Rien de bien original. Étrangement, la console sur laquelle j’ai le plus de jeux c’est la PS2. Et j’en ai pas terminé un seul mouahahaha !

Zelda, Breath of the Wild (ou Link et son ipad)

Ça doit être le 18ème jeu Zelda de la timeline je crois, mais ma liste n’est pas forcément à jour et j’ai la flemme de consulter mon Hyrule Historia pour compter. Comme souvent, je risque d’avoir assez peu de jeux sur la Nintendo Switch et je louchais sur cette console quasi uniquement pour Zelda. Car Zelda est un des seuls jeux auquel je joue et que c’est pour cette raison que je n’ai pas acheté beaucoup de consoles de salon parce que, bon 300 balles juste pour un Zelda, ça fait cher le sauvetage d’Hyrule. D’où mes nombreux loupés concernant certains jeux, même s’il existe des portages ! Retrouver Ocarina of Time sur la 3DS a été pour moi un vrai bonheur. Ma N64 fonctionne toujours, mais bon, elle vieillit et elle prend une place de fou ! Pis va brancher ça sur une télé moderne, c’est pas DU TOUT la corvée.

Mais je digresse, revenons à BOTW de son petit nom…

Il est beau, il est grand, il est… Tellement différent de ce que j’ai connu dans les autres Zelda auxquels j’ai joué que je ne sais pas vraiment comment le décrire.

Link s’éveille d’un long sommeil, amnésique avec pour seule assistance une Tablette Sheikah contenant très peu d’informations. Il n’a pas de vêtements, pas d’armes et  aucune idée de ce qu’il doit faire, hormis qu’une voix lui demande de sauver Hyrule. En route pour l’aventure !

Première difficulté : la survie !

Il est plus dur, déjà. Le fait de devoir s’habiller, chasser, cuisiner et se nourrir ajoute une difficulté et une dimension très « temps réel ». Dans cet opus, on (Link) commence à poil… En calbut.

On commence par s’armer d’une branche, puis d’une torche et enfin, on arrive à obtenir un bouclier et une massue Boko, qui m’ont accompagnée tout le temps du Plateau du Prélude, ce niveau tutoriel grandeur nature qui permet de bien débuter le jeu, de stocker et d’apprendre tout plein de choses.

Au début, je me suis dit, pfiou, j’y arriverai jamais. Chasser et cuisiner me paraissait super compliqué, et au bout de quelques sessions de jeux, c’est devenu naturel. J’ai toujours eu tendance à ramasser tout ce qui trainait, dans les jeux comme dans la vie ah ah. Du coup, j’ai un stock considérable de trucs à manger et à vendre.

Heureusement pour nous, les développeurs n’ont pas ajouté la dimension boire/dormir sans quoi ce jeu serait quasi impossible à jouer. J’avoue que ce petit côté « Barbie » me plait bien, et pouvoir changer son apparence à volonté avec les vêtements, c’est juste super cool. Je n’ai pas encore craqué sur la tenue  furtive Sheikah parce que ma radinerie n’a pas de limite, mais diantre, elle est trop chouette.

Et la tenue Gerudo, on en parle ?

Deuxième difficulté : la fragilité des armes.

Les armes s’abîment, s’émoussent et finissent par se briser. Un truc inimaginable pour un Zelda où la première arme que tu récupères est quasi systématiquement ton épée et ton bouclier. A part se le faire bouffer de temps en temps par un LikeLike, on ne s’en départissait pour ainsi dire jamais. Il existe depuis longtemps des jeux où les armes s’émoussent et doivent au moins être réparées, et je trouvais ça super contraignant par rapport à mon Epée de Légende indestructible, même si c’était peu réaliste.

Finalement, ça permet de ramasser des armes un peu partout et d’avoir le choix. Mes préférées jusque là ? Les armes de Gardiens, parce qu’elles briiiiiillent ! Et qu’elles déchirent mais bon, niveau solidité, on repassera hein.

Rien ne vaut une bonne vieille massue Boko.

Troisième difficulté : le temps qui passe et la météo.

Ça, à ma connaissance, c’est plutôt une nouveauté, en tous cas pour la météo. Le temps qui passe, bon, on connait. La météo et la température ambiante sont des paramètres un peu hasardeux sur lesquels il est bon de garder un œil pour ne pas mourir congelé ou foudroyé.

Les cinématiques et les souvenirs :

Les cinématiques sont vraiment belles et j’aime beaucoup le côté cell-shading de ce jeu. Les couleurs sont lumineuses, et les effets de lumière à l’aube ou au couchant sont magnifiques.

Pour moi, ça a quelque chose de magique de voir Zelda s’animer, parler et bouger, avec son caractère et ses insécurités. Ce n’est plus juste une Princesse emprisonnée dans sa tour qui te charge d’une mission, c’est un vrai personnage avec de la consistance. Le bonus, c’est évidemment de la voir sans ses atours de princesse, en tenue de voyageuse. La voir sans sa robe rose, c’est une victoire !

A quand un Legend of Zelda avec une Zelda aussi badass que jouable ?

Bientôt, je l’espère.

Concernant Link, il est juste trop choupi. Le voir avec des émotions diverses est toujours un plaisir, mention spéciale pour ses options de dialogue et ses animations qui sont somme toute assez amusantes en général.

Vous l’avez compris, je n’ai évidemment que du bien à dire de Legend of Zelda de toute façon. Un bémol sur l’immensité de la carte qui est certes très réaliste avec ses vallons, ses vallées et ses lacs, mais quand même remplie de rien… Il existe peu de lieux de vie et si on croise quand même pas mal de voyageurs en quête de trésors sur les chemins, les gens sont rares, fin du monde oblige.

Ai-je écouté des morceaux joués par Taylor Davis en rédigeant cet article ? Évidemment.

Suis-je décédée de rire en écoutant la chanson de Norman ? Absolument.

Même que j’ai découvert le clip en bonus, je me gondole depuis une demi-heure.

Allez, Savooq !

Une dose d’humour noir, c’est toujours bon pour le moral !

Ayant un grand besoin de me remonter le moral suite à la soirée de mariage de mon paternel qui s’est excessivement mal passée, j’ai surfé, geeké, dépensé du fric que je n’avais pas et j’ai retrouvé le sketch d’un humoriste dont j’avais zappé le nom et qui nous avait fait hurler de rire mon mec et moi. Parce que nous sommes des parents indignes et que nous ne loupons jamais une bonne occas’ de nous foutre de notre trèèèès grand bout de chou ah ah (qui lui faisait 51 cm à la naissance). Le pauvre ! Il est pas aidé avec des parents comme nous quand même 😀

Ci-dessous, Vérino et le square !

« Vous l’avez gardééééé ? » 😆

En attendant Noël…

Coucou les p’tits loups !

Je prends quand même mon clavier histoire de nourrir mon pov’ bloguinet qui va claquer du bec ! Cette fin d’année va être light niveau blogging tellement je peine à m’adapter à ma nouvelle vie de mère au foyer/geekette/glandeuse/ramasseuse de vomis de chien.

J’ai beaucoup de casquettes, dont certaines hyper glamour hein ?

Entre deux disputes avec le bouledogue français de la maison, Pôle Emploi me prend le chou parce qu’ils n’ont toujours pas compris qu’en me convoquant le vendredi à midi pour un entretien le mardi à 14 heures, je ne pouvais matériellement pas y être avec mon chiard handicapé. 🙄  Mais bref. Ça va bien se passer. Ou pas.

D’ailleurs en parlant de fin d’année, ça se rapproche dangereusement. J’angoisse. Je vous l’avais déjà dit, Décembre est pour moi une convention sociale non-optionnelle à la Sheldon Cooper, un défilé de fêtes et d’obligations parfois hypocrites dont je me passerai volontiers en bonne asociale que je suis. Aux traditionnelles fêtes de fins d’année, il faut ajouter à vue de nez 5 anniversaires et le mariage de mon père qui, pour rester très honnête mais très vague, me reste un peu en travers de la gorge quand même. Saupoudrons cela d’un déménagement qui s’annonce musclé pour ma belle-sœur, et je pense qu’on est pas mal.

Je n’ai pas un week-end de libre avant le 6 Janvier. Je vais chialer.

Bon, et puis vous avez pu remarquer aussi que j’ai découvert Instagram, c’est plutôt cool comme réseau je trouve. Je n’y partage pas grand chose parce que je ne suis pas une super photographe mais en ce qui me concerne, c’est un à-côté assez ludique et plutôt light : pas d’articles à rallonge, d’angoisse de la page blanche et de liste de sujets à développer sur un millier de mots, pas de relecture, ni de chasse aux illustrations… Pour moi, Insta, c’est fun et je peux suivre plein de comptes avec de jolies photos qui me donnent de la joie. 😀

Du coup, on change complètement de sujet et aujourd’hui je vous parle de P!NK !

Parce que je me suis fait une petite session Youtube juste pour le plaisir. C’est une artiste que j’aime et ce que j’admire chez elle, c’est son second degré de folie et en même temps sa capacité à parler de choses vraiment sérieuses.

Mention spéciale fou-rire pour So What, que j’adore.

Moi aussi un jour vous me retrouverez sur mon tracteur en train de terroriser la ville 😆

Barbie Girl et coming out dollesque

Comme beaucoup de petites filles, j’ai grandi avec Barbie. Je n’en ai pas eu beaucoup mais je les ai gardées longtemps. J’étais du genre plutôt soigneuse, et même si j’étais fille unique, mes parents ne m’auraient jamais racheté « à la demande » un jouet. Ceci dit, j’ai toujours eu largement ce qu’il me fallait, et plus encore.

Il y a trois Barbies qui ont marqué mon enfance.

J’pouvais pas résister, j’adore Aqua !

Lire la suite

Le blogging et moi : une histoire qui dure depuis… 10 ans !

J’ai commencé à bloguer il y a bien longtemps, sur Skyrock à la suite d’un guet-apens alors que j’avais décrété que non, jamais, je ne ferai pas de blog.

Comme les forums, ils pullulaient à ce moment-là sur le web et je ne retrouvais plus cette ambiance « fansite » que j’aimais tant sur internet.

Mais vous savez ce qu’on dit, il ne faut jamais dire jamais.

J’adore le gif d’Inglorious Basterds mais j’avais moyen envie d’avoir Hitler sur mon blog. Pis les poneys, c’est mieux.

Lire la suite

Petit questionnaire Liebster Award

Je ne connaissais pas bien le Liebster Award alors si vous êtes comme moi, je vous explique (j’ai tout piqué à Gaétane qui m’a taguée ^^ )

Le principe est le suivant, il faut:

  • écrire 11 choses sur soi
  • répondre aux 11 questions de la personne qui vous a nominée
  • poser 11 questions pour 11 blogueurs de votre choix.

Gaétane, auteure du blog Pourquoi s’ennuyer lorsqu’on peut lire, regarder et écouter ? m’a nommée pour le Liebster Award avec un petit questionnaire auquel je suis ravie de répondre. C’est une grande fan de Jane Austen et d’auteurs féminines (et féministes) en tout genre, et je vous invite à y faire un tour. En plus, j’aime bien la façon dont on peut modifier l’affichage de son blog à la carte, c’est un petit gadget super sympa 😉

Lire la suite

Un brin de magie dans ce monde de brutes

tlwh

J’aime les histoires de magie qui se passe dans le monde réel, comme Practical Magic (Les Ensorceleuses), The Craft (Dangereuse Alliance) ou plus récent, Harry Potter etc…

Je n’ai rien contre les univers purement fantastiques, que j’aime aussi beaucoup, c’est juste une de mes marottes. J’aime bien l’idée de me dire que je passe chaque jour à côté de choses que je ne vois pas parce qu’elles appartiennent à un autre monde. C’est là que je me dis que j’ai vraiment lu trop de ces livres et vu trop de ces films quand j’étais gamine !

magicalworldandtechnology

Voilà, c’est exactement ça !

Lire la suite

Mon jeu préféré !

lozla01

Je fais partie de ces gens pour qui « le premier » signifie souvent « le préféré ». J’ai souvent plus accroché avec mon premier film au ciné, mon premier manga, le premier livre de tel auteur que j’ai lu, ma première dent etc… Ouais en gros, je fais tourner à fond le principe de primauté de la mémoire ! Breath of the Wild vient de sortir, et je crève d’envie d’y jouer mais comme c’est pas demain la veille, je vais vous parler de mon Zelda préféré, qui est aussi mon premier jeu vidéo.

C’est aussi le jeu qui m’a le plus marqué et que je prends un plaisir fou à rejouer pour la énième fois.

J’étais assez jeune, 7 ou 8 ans, et j’ai reçu en cadeau de mes parents pour un Noël, un coffret avec la Game Boy, le jeu Tetris et celui de The Legend of Zelda, Link’s Awakening, sorti en 1993.

Lire la suite

Demain il pleut

Ce soir, c’est petit retour 10 ans en arrière avec Guerilla Poubelle.

Un collège privé catho (si si) du coin avait mis une grande salle à dispo pour le concert. Je n’y étais allée que pour faire plaisir à mon copain qui fêtait son anniv’, mais en fait, c’était chouette !

Ca me manque, tiens.