Oh, une revenante !

Qui ça moi ?

Ah ben oui !

Comme vous pouvez le constater, je suis toujours en vie ! Rejoice !

Les dernières semaines furent plutôt mouvementées niveau conneries administratives et scolaires, je vous ferais un petit florilège des perles de ces derniers jours ah ah. Mon fils vit sa vie, l’école est finie et moi j’suis au bout du rouleau ah ah.

J’ai de plus en plus de mal à gérer mon temps et ma maison, je vous avoie être complètement découragée devant l’ampleur de la tâche. l’organisation n’est pas mon fort et le Poulpy étant, comme chacun sait, sage comme une image, il est assez difficile de faire quelque chose  minutes d’affilée, que ce soit bidouiller un article, faire une vaisselle ou même ranger les jouets qu’il s’obstine à déverser partout dans la baraque.

Pour ma faciliter la vie, je dépanne un peu la famille en gardant les cabots, du coup, le joyeux bordel ambiant a encore un peu augmenter.

Bref, c’est Beyrouth.

Pour fêter ça, j’ai créé vite fait mal fait une page Facebook que j’ai un mal fou à alimenter, alors je pense qu’elle va rester en stand by. L’avantage, c’est que je l’ai liée avec mon compte Instagram et que du coup, j’ai le droit d’avoir un petit peu plus de fonctionnalité, comme les stats ou la mention « blog personnel » ce genre de babioles inutiles qui me remplissent pourtant de joie.  ^^;

Je pars bientôt en vacances et j’espère que ça va bien se passer et que ça me permettra de décompresser un peu, mais ce voyage est pour le moment une grosse source d’angoisse pour moi. Je ne pars pas seulement avec mon fils et son père, mais j’embarque aussi ma mère et un de mes cabots. J’angoisse de ouf que ça se passe mal, de perdre mon fils dans la foule, de ne pas dormir plusieurs jours d’affilée, etc etc…

L’angoiiiiiiiiiisse !!!

BREF !

Je ne sais pas si vous avez un peu une sorte d’endroit idéal où vous rêvez de vous réfugier quand ça commence un peu un déborder, une safeplace ou un palais intérieur. Mon endroit de rêve à moi, ce serait une cabane en bois près d’un lac ou de la mer. L’eau devant, la forêt autour et la cabane entre les deux, les pieds dans l’eau.

Du moment que j’ai de l’eau et des arbres, je suis contente.

Seule, avec juste des bouquins, de quoi écrire et ma fidèle game boy pour mes longues soirées. Ah, ça serait tellement cool.

Et vous, où rêvez-vous de vous évader une semaine ?

Publicités

Micro Playlist Poulpy #3

Je regarde toujours un peu les clips musicaux durant mes matinées de week-end puisqu’on a drastiquement limité le brouhaha de la télévision pour le bien-être de mon fils.

Et je dois avouer que la programmation me déçoit pas mal en ce moment, et mon lardon aussi. En dehors d’Orelsan dont je vous avais parlé la dernière fois, peu de musiques diffusées sur les ondes trouvent grâce à mes yeux, surtout que je préfère la pop et j’ai l’impression d’être envahie de rap franchement médiocre. Je dois être difficile.

Mais bref !

Bad Wolves – Zombie

Spéciale cass-dédi à la femme de ma vie (qui déteste cette chanson parce que c’est une chieuse :p  )

 

Madilyn Bailey – Rude

Parce que j’aime bien et que ça m’évoque toujours l’été.

 

Tom Walker – Leave a Light On

 

Zedd, Grey & Maren Morris –  The Middle

 

Jahyanai x Bambi – Who mad again

 

Rudimental ft Jess Glyne, Macklemore & Dan Caplen – These Days

 

A pluche !

Sursaut de printemps

Salut à vous mes p’tits clous !

J’espère que vous allez bien et que vous profitez de ce temps sublime !

Je pense qu’il est inutile de le préciser, mais une pause s’est imposée ah ah. Je suis beaucoup plus active sur Instagram si vous souhaitez m’y retrouver, sous le pseudo Syhdaal. Comme je vous le disais il y a quelques temps, j’aime beaucoup cette plateforme.

Je ne compte pas abandonner ce blog, bien que les apparences soient contre moi sur ce coup là. Le retour des beaux jours a eu raison du peu d’inspiration que j’avais et je passe plus de temps à trainer dans mon jardin que devant mon pc, ce qui est un agréable changement.

Ah, la verdure, les fleurs, les joulis joulis pipillons, les oiseaux qui chantent et les jours qui rallongent ! Le printemps est juste ma saison préférée. Bon, je déteste les pipillons pour info mais bref, ils ne gâcherons point mon bonheur.

Même les chauve-souris sont de nouveau de sortie, je les soupçonne d’avoir trouvé refuge dans mon grenier mais je n’y vois jamais rien. J’avoue que j’aimerai bien en voir une de près un de ces jours.

Mon prunus n’a pas fleuri très longtemps cette année et il s’est déjà paré de belle feuilles violacées, point de photo esprit sakura en fleur cette année, j’en ai bien peur !

Côté nouveautés, j’attendais avec impatience une commande de cheveux en nylon pour tenter un rerooting (une réimplantation) sur une Monster High et une Barbie. Je ne manquerai pas de vous tenir au courant, certainement plus du côté de Shy Garden. J’espère y arriver sans trop de casse, j’ai hâte d’essayer.

Ah, et je suis toujours penchée sur la fic de Zelda BOTW. Hm. Ça avance pas trop mal, ce sera plus une série de vignettes je pense, le format « décousu » me convient bien et je me perds moins en digression à rattacher mes bouts de fics.

Rah, j’sais pas vous, mais moi le printemps ça me donne toujours envie de regarder Totoro.

Kof, kof Ahem ! Héroïnes Badass : ze (belated) review

*Souffle sur le nuage de poussière accumulée, tousse un peu beaucoup à la folie*

Erf. Désolée.

Hellooooooo ! Tiens, y a de l’écho. 😆

Me revoili, me revoilou ! Oui, je sais, je suis impardonnable, ça fait bien trop longtemps que je néglige l’écriture sur le blog. Je vous l’avais avoué, je me suis un peu rabattue sur Instagram que j’ai découvert et qui m’enchante pour le moment.

Chose promise, chose due, aujourd’hui, c’est retour vers le futur, plus précisément en Septembre 2017 avec la box littéraire Young Adult de Mille et Un Livres, chez qui je commande finalement assez régulièrement.

Complètement ravie de mes toutes premières commandes chez eux (à redécouvrir ici), je me suis jetée sur le thème annoncé de Septembre « Héroïnes Badass ».

Lire la suite

Désencombrer : le challenge !

Je suis quelqu’un de très conservateur et de très nostalgique. Je suis très (trop) attachée au passé, un trait de caractère qui m’empêche souvent de me concentrer sur l’avenir ou de profiter vraiment du moment présent.

J’essaye de m’améliorer car je suis consciente de ce défaut depuis toujours, mais dans ce monde où on court après le temps, mes souvenirs me font du bien. Bon, et ils me font du mal aussi, des fois.

Jeter ? Grand dieu, jamais !

Hyper conservatrice et très attachée à des objets qui pour moi ont une signification toute particulière alors qu’ils ne valent pas un clou, je stocke encore et encore depuis 30 ans. Le problème, c’est que j’ai juste énormément de ces objets. Des cadeaux, même moches ou que je déteste, reçus dans ma petite enfance (ou pas) que j’ai gardé au motif que « on ne jette pas un cadeau » . Des tas de petits bonhommes issus des anciennes collections des Kinder Surprises, type petits crocodiles ou hippopotames, des jouets collectés dans les tirettes à 1 franc… Ce genre de babioles m’encombre terriblement, surtout que j’adore les gadgets même si mes parents m’ont toujours encouragée à ne pas en acheter à tort et à travers. Je me dis aussi que d’un point de vue éco/conso, c’est pas terrible de s’encombrer de ce tas de merdouilles inutiles. [c’est mort, j’achète toujours plein de bêtises 😛 ]

Pire encore ! S’il y a bien une chose que je ne sais pas faire, c’est me séparer de livres, même de ceux que je déteste. J’ai donc réussi à me faire violence ces dernières années et à céder gentiment certains de mes livres qui n’avaient plus d’intérêt à mes yeux pour faire du vide. Et puis bon, soyons honnête, j’avais besoin de place et il y a peu de chance que le petit garçon que j’attendais alors s’intéresse un jour à mes quelques Barbie au Ski ou Fantômette (c’est faux, Fantômette déchire. Pis Barbie aussi, elle sait tout faire).

J’ai même viré des mangas achetés un peu au pif ou des séries pour lesquelles je n’avais plus aucun intérêt, comme Yamato Nadeshiko ou Vampire Knight.

Mais j’ai quand même souvent besoin d’un coup de main et d’un coup de pied aux fesses…

Et là, c’est soft. On voit encore le plan de travail quoi.

L’aide providentielle de l’Homme 😀

Mon copain est beaucoup moins sentimental et balance sans faire de chichis, j’ai donc souvent recours à ses services pour faire le tri. Avec lui, je me suis bien améliorée et je me pose maintenant sérieusement la question de savoir si je tiens vraiment à un objet avant de le garder. J’utiliserai bien la fameuse méthode Konmari à me demander si c’est utile, mais ils sont tous inutiles oh oh.

Du coup, j’ai réussi à me débarrasser de plein de choses, que ce soit des livres (dur), de vieux jouets et tout un tas de bordel qui ne servait plus à rien depuis au moins 10 ans. Je fais heureusement régulièrement le tri des vêtements, j’en donne beaucoup.

A moi qui vit dans un bordel notoire, faire le tri me fait toujours un bien fou et me permet littéralement de passer à autre chose. J’ai toujours l’impression sidérante de mieux respirer après avoir trié, rangé, jeté. C’est comme ça qu’en attendant mon fils, j’ai balancé les 3/4 de mes vieilles peluches moches et poussiéreuses pour ne garder que celles que j’aimais vraiment et les lui transmettre.

Idem pour les joujous par milliers de mon fils pourri-gâté à chaque occasion, je trie régulièrement et je fais tourner les jouets auxquels il s’intéresse un peu pour renouveler sa curiosité. Trop de jouets tue le jeu !

Le « ça peut servir » est mon pire ennemi et je le traite maintenant comme tel, essayant de ne pas garder de choses « au cas où ». De toute façon, c’est toujours quand tu jettes/casses/perds un objet que tu en as besoin le lendemain, loi de Murphy oblige.

On a même trié le bureau, c’est dire !

Allez hop, à l’huche !

Et vous, vous êtes plutôt du genre serial stockeur ou minimaliste ?

Nan, faut pas rêver…

J’suis dans l’mal…

Heyyyy !

J’ai été absorbée corps et biens par mon jeu vidéo. Et comme Zelda chez moi, c’est comme Ganondorf en Hyrule, ça reste dormant pendant quelques années et pis d’un coup PAF ! Le Fléau s’abat avec perte et fracas.

J’ai poussé mon banquier au suicide en achetant plein de trucs – inutiles INDISPENSABLES – de Zelda, que j’avais pas et dont je n‘avais pas besoin.

Comme des bidules. Et des trucs. Et des vieux jeux que je n’avais plus espoir de trouver.

Que je vous partagerai un jour… Quand j’aurai  un téléphone avec un écran non pulvérisé.

Que la SPA se rassure, mon fils et mes cabots vont bien, je m’interromps de temps à autres pour leur jeter une brochette de de viande enduro, histoire qu’ils ne se bouffent pas entre eux.

Des bisous

Gaming time avec Zelda, Breath of the Wild !

Coucou à tous et Meilleurs Voeux pour cette année qui commence !

J’espère que cette fin d’année s’est bien passée pour vous. En ce qui me concerne, ça a été plutôt relax. Oh, je ne suis à jour de rien mais au moins, les vacances se sont bien passées… Avec le Poulpy j’entends, puisque les changements de rythme ont tendance à le transformer en gremlins.

J’ai un peu déserté ce blog-ci et la blogo en général à mon grand regret, mais j’ai essayé d’alimenter The Shy Garden avec quelques articles pullipiens et j’ai aussi pulvérisé l’écran de mon téléphone, du coup, instagram est un peu en stand by pour moi, dommage… Mais c’est pas grave parce que si vous suivez un peu mes aventures sur Insta, vous avez vu que mon cher et tendre a complètement tourné la carte et m’a offert… Une Nintendo Switch… Et…

Zelda, Breath of The Wild !

[OH MY GOD OH MY GOD OH MY GOD]

Hiiiiiiiiiiiiiiiiii, j’suis trop fan !

La Nintendo Switch :

A peine un an et on ne la présente déjà plus, c’est la dernière console de Nintendo. Comme toujours, ils sont au taquet sur l’innovation de la machine car la Switch est à la fois une console de salon et une console portable. C’est là tout son génie, et je pense que j’ai attendu ça toute ma vie.

C’est vrai que Nintendo est plus souvent à la traîne niveau répertoire des jeux proposés et gameplay comparé à une Playstation ou une XBOX, mais leurs machines ont toujours LE TRUC qui les différencient des autres. Mon aventure avec Nintendo a commencé quand j’étais assez jeune avec la Game Boy, je vous en parlais ici. Je ne peux guère vous parler des consoles antérieures, j’étais un peu trop jeune et mes parents n’étaient pas trop portés sur les jeux vidéos, estimant comme beaucoup d’adultes que ça énervait les enfants et que ça rendait peut-être un peu débile. Bon, c’était énervant parfois, je suis assez d’accord. 😉

Alors moi, j’ai eu assez peu de consoles de salon. J’ai reçu un énorme cadeau à un anniversaire, la Nintendo 64 avec Mario 64. J’ai jamais été aussi surprise et heureuse par un cadeau, je savais que c’était très cher et j’économisais depuis un moment pour me l’offrir. La recevoir en cadeau de la part de toute ma famille était vraiment une belle surprise.

Plus tard, au lycée, je me suis offert toute seule comme une grande une Playstation 2, poussée par Dark-Yasha, encore et toujours (un jour, je vous ferai une liste de tous les jeux qu’elle m’a forcé à acheter, le couteau sous la gorge et tout).

J’ai eu vite fait de retourner en courant vers Nintendo. Il faut savoir que je ne suis pas une grande gameuse, je joue pour mon plaisir uniquement, quand j’ai envie et quand je prends le temps. Je suis capable de jouer 6-7 heures de suite par jour pendant une semaine et de ne pas avancer d’un iota dans le jeu car je passe mon temps à me promener, puis de remiser le tout pendant un ou deux ans. J’ai donc assez peu de jeux, généralement des Zelda, Golden Sun, Okami… Quelques Final Fantasy que je n’ai jamais fini ! 😆

Rien de bien original. Étrangement, la console sur laquelle j’ai le plus de jeux c’est la PS2. Et j’en ai pas terminé un seul mouahahaha !

Zelda, Breath of the Wild (ou Link et son ipad)

Ça doit être le 18ème jeu Zelda de la timeline je crois, mais ma liste n’est pas forcément à jour et j’ai la flemme de consulter mon Hyrule Historia pour compter. Comme souvent, je risque d’avoir assez peu de jeux sur la Nintendo Switch et je louchais sur cette console quasi uniquement pour Zelda. Car Zelda est un des seuls jeux auquel je joue et que c’est pour cette raison que je n’ai pas acheté beaucoup de consoles de salon parce que, bon 300 balles juste pour un Zelda, ça fait cher le sauvetage d’Hyrule. D’où mes nombreux loupés concernant certains jeux, même s’il existe des portages ! Retrouver Ocarina of Time sur la 3DS a été pour moi un vrai bonheur. Ma N64 fonctionne toujours, mais bon, elle vieillit et elle prend une place de fou ! Pis va brancher ça sur une télé moderne, c’est pas DU TOUT la corvée.

Mais je digresse, revenons à BOTW de son petit nom…

Il est beau, il est grand, il est… Tellement différent de ce que j’ai connu dans les autres Zelda auxquels j’ai joué que je ne sais pas vraiment comment le décrire.

Link s’éveille d’un long sommeil, amnésique avec pour seule assistance une Tablette Sheikah contenant très peu d’informations. Il n’a pas de vêtements, pas d’armes et  aucune idée de ce qu’il doit faire, hormis qu’une voix lui demande de sauver Hyrule. En route pour l’aventure !

Première difficulté : la survie !

Il est plus dur, déjà. Le fait de devoir s’habiller, chasser, cuisiner et se nourrir ajoute une difficulté et une dimension très « temps réel ». Dans cet opus, on (Link) commence à poil… En calbut.

On commence par s’armer d’une branche, puis d’une torche et enfin, on arrive à obtenir un bouclier et une massue Boko, qui m’ont accompagnée tout le temps du Plateau du Prélude, ce niveau tutoriel grandeur nature qui permet de bien débuter le jeu, de stocker et d’apprendre tout plein de choses.

Au début, je me suis dit, pfiou, j’y arriverai jamais. Chasser et cuisiner me paraissait super compliqué, et au bout de quelques sessions de jeux, c’est devenu naturel. J’ai toujours eu tendance à ramasser tout ce qui trainait, dans les jeux comme dans la vie ah ah. Du coup, j’ai un stock considérable de trucs à manger et à vendre.

Heureusement pour nous, les développeurs n’ont pas ajouté la dimension boire/dormir sans quoi ce jeu serait quasi impossible à jouer. J’avoue que ce petit côté « Barbie » me plait bien, et pouvoir changer son apparence à volonté avec les vêtements, c’est juste super cool. Je n’ai pas encore craqué sur la tenue  furtive Sheikah parce que ma radinerie n’a pas de limite, mais diantre, elle est trop chouette.

Et la tenue Gerudo, on en parle ?

Deuxième difficulté : la fragilité des armes.

Les armes s’abîment, s’émoussent et finissent par se briser. Un truc inimaginable pour un Zelda où la première arme que tu récupères est quasi systématiquement ton épée et ton bouclier. A part se le faire bouffer de temps en temps par un LikeLike, on ne s’en départissait pour ainsi dire jamais. Il existe depuis longtemps des jeux où les armes s’émoussent et doivent au moins être réparées, et je trouvais ça super contraignant par rapport à mon Epée de Légende indestructible, même si c’était peu réaliste.

Finalement, ça permet de ramasser des armes un peu partout et d’avoir le choix. Mes préférées jusque là ? Les armes de Gardiens, parce qu’elles briiiiiillent ! Et qu’elles déchirent mais bon, niveau solidité, on repassera hein.

Rien ne vaut une bonne vieille massue Boko.

Troisième difficulté : le temps qui passe et la météo.

Ça, à ma connaissance, c’est plutôt une nouveauté, en tous cas pour la météo. Le temps qui passe, bon, on connait. La météo et la température ambiante sont des paramètres un peu hasardeux sur lesquels il est bon de garder un œil pour ne pas mourir congelé ou foudroyé.

Les cinématiques et les souvenirs :

Les cinématiques sont vraiment belles et j’aime beaucoup le côté cell-shading de ce jeu. Les couleurs sont lumineuses, et les effets de lumière à l’aube ou au couchant sont magnifiques.

Pour moi, ça a quelque chose de magique de voir Zelda s’animer, parler et bouger, avec son caractère et ses insécurités. Ce n’est plus juste une Princesse emprisonnée dans sa tour qui te charge d’une mission, c’est un vrai personnage avec de la consistance. Le bonus, c’est évidemment de la voir sans ses atours de princesse, en tenue de voyageuse. La voir sans sa robe rose, c’est une victoire !

A quand un Legend of Zelda avec une Zelda aussi badass que jouable ?

Bientôt, je l’espère.

Concernant Link, il est juste trop choupi. Le voir avec des émotions diverses est toujours un plaisir, mention spéciale pour ses options de dialogue et ses animations qui sont somme toute assez amusantes en général.

Vous l’avez compris, je n’ai évidemment que du bien à dire de Legend of Zelda de toute façon. Un bémol sur l’immensité de la carte qui est certes très réaliste avec ses vallons, ses vallées et ses lacs, mais quand même remplie de rien… Il existe peu de lieux de vie et si on croise quand même pas mal de voyageurs en quête de trésors sur les chemins, les gens sont rares, fin du monde oblige.

Ai-je écouté des morceaux joués par Taylor Davis en rédigeant cet article ? Évidemment.

Suis-je décédée de rire en écoutant la chanson de Norman ? Absolument.

Même que j’ai découvert le clip en bonus, je me gondole depuis une demi-heure.

Allez, Savooq !